© 2017 par Rouge Vif

«  De l’art de l’imitation », in Katia Légeret (Dir.),  L’interdisciplinarité entre recherche et création, Numéro spécial Revue Degrés, n°171, ULB, Bruxelles, 2017, pp. i1-i11. (ISSN 07708378, publication internationale)

Comité de patronage : Michel Butor, Noam Chomsky, Jacques De Decker,  Marcel De Grève, Umberto Eco, Daniel Hérault, Paris André Jacob, Antonio Prete, Michael Riffaterre, François Van Laere, Frans Van Passel, Françoise Van Rossum-Guyon, 

ARTICLES, REVUE DEGRÉS, 2017, DANS CE NUMÉRO 171-172 :

Katia Légeret, André Helbo, Marco de Marinis, Philippe Tancelin, Nadia Vadori-Gauthier, Flore Garcin-Marrou, Edgard Sienaert, Thomas Leabhart, Wilfried Bosch-Alfonsi, Jean-Marc Bourdin, Benjamin Tremblay, Viviana Coletty, Susanne Müller, Nela Venegas, Ferrin Silvio, Lima Figueiredo.

Wilfried Bosch-Alfonsi

...

ARTICLE

« Les diverses cultures ne conceptualisent pas l’imitation de façon homogène. Pour l’homme de théâtre occidental, elle résonne bien souvent comme un synonyme de copie conforme. Et bien que faisant fréquemment « monstration » de ce qu’il attend de 

l’acteur, le directeur d’acteur (metteur en scène ou pédagogue) affirme ne pas vouloir que l’acteur l’imite. Du côté de l’homme de théâtre asiatique, l’imitation du maître est au contraire énoncée comme un postulat de base, un précédent incontournable à l’émergence de l’individualité. L’élève doit être un bon imitateur avant d’atteindre l’originalité. Plus prosaïquement, lorsqu’il donne son comportement en modèles, le maître asiatique dit : « essaie de faire comme moi », là où l’Occidental dit : "ne fais pas comme moi". [...] »

Wilfried Bosch-Alfonsi

Docteur  en Études Théâtrales, Chercheur Associé Université Paris 8 (EA 1573)

École Doctorale Esthétique, Sciences et Technologies des Arts (EDESTA)

Ca

LIVRE / TRADUCTION

LIVRE / TRADUCTION

ARTICLE/ TRADUCTION

COMPLICITEMnemonic, traduction : Wilfried Bosch et Forient Azoulay, Éditions de La Table Ronde, 2012, p.120.

Conçu et mis en scène par Simon McBurney.

* Prix du meilleur spectacle étranger du Syndicat professionnel de la critique de théâtre, de musique et de danse, 2001.

En 1991, au retour de l'ascencion d'un pic de trois mille mètres, un groupe de touristes découvre un corps nu et desséché émergeant des glaces. De quand date-t-il? Seul dans son appartement londonien, un homme en proie à l'insomnie explore sa mémoire. À moins qu'il n'invente? 

 

REVUE DE PRESSE
 

"Les Editions de La Table Ronde traduisent et publient le texte de l'une des pièces les plus frappantes de Simon McBurney (...). Un chassé-croisé de souvenirs, accrochés les uns aux autres par un objet, un mot, un outil "mnémonique": une madeleine de Proust."

Valérie Manteau, Charlie Hebdo, 18 juillet 2012

 

COMPLICITEApologie d’un mathématicien (A disappearing number), traduction : Wilfried Bosch et Florient Azoulay, Éditions de La Table Ronde, 2016, p.120.

préfacé par Marcus du Sautoy.

REVUE DE PRESSE

"[...] Dans la belle traduction, si juste, si vive, de Wilfried Bosch et Florient Azoulay, l’œuvre de Simon McBurney n’est pas seulement un formidable texte pour des représentations fondées sur la polyphonie des langages et des techniques mais aussi une pièce d’une ample dimension, complexe et simple, savante et émouvante. Un tel texte pourrait être monté par d’autres équipes, prendre d’autres formes théâtrales. Puisque le thème des mathématiques nous y invite, l’on dira que l’infiniment petit et l’infiniment grand se sont, ici, donné rendez-vous."

Gilles Costaz, WebTheatre, 16 juin 2017

SHIVA PRAKASH, H.S., « Par les yeux l’un de l’autre : Rodin et Nataraja », traduction : Wilfried Bosch, in Katia Légeret, Rodin et la danse de Çiva, PUV, 2013, pp. 211-221.

Les relations entre la sculpture et la chorégraphie à partir d’un texte d’Auguste Rodin inspiré par des photographies de sculptures représentant le dieu indien Çiva dansant.

People : Florient Azouley

Photo by Rouge Vif –

à l'académie française, Paris.

People: Simon McBurney

Marcus du Sautoy

Wilfried Bosch

Florient Azoulay

People: Pr. Katia Légeret

Univ. Paris 8. Vincennes/Saint-Denis

People: Pr. SHIVA PRAKASH, H.S.

Univ. New Delhi

Thèse Univ. Paris VIII.

Thèse de Doctorat 

 « Faire de la science en faisant du théâtre : une approche de la modification comportementale en art dramatique. » 

Directeurs : co-dir. Philippe Tancelin (Pr., Univ. Paris 8 - EA1573, CICEP) et Katia Légeret (Pr., Univ. Paris 8 - EA1573).

Thèse soutenue le 27 Novembre 2017 à l’Université Paris 8.

Président du jury : Pr. Amos Fergombé [Université d’Artois]. Pré-rapporteurs : Pr. André Helbo [Université Libre de Bruxelles], Pr. Amos Fergombé [Université d’Artois]. Jury : Martina Benazzi [Expert externe, psychologue clinicienne], Nathalie Coutelet [Historienne, MCF Université Paris 8], Pr. André Helbo [Université Libre de Bruxelles], Pr. Amos Fergombé [Université d’Artois], Pr. Katia Légeret [Université Paris 8], Pr. Philippe Tancelin [Université Paris 8].

People : Wilfried Bosch-Alfonsi

ARTICLE

BOSCH, Wilfried, « Comportements directifs et interactions humaines au théâtre »in Jean-François Dusigne (Dir), La Direction d’acteur peut-elle s’apprendre ?, Éditions Les Solitaires Intempestifs, 2015, pp. 55-76.

Qu’est-ce qui, de l’expérience, peut se transmettre ? Y a-t-il quelque chose qui, de la relation sensible entre un metteur en scène et des acteurs, puisse s’apprendre ou s’enseigner ?

Les termes ne sont-ils pas réducteurs, sans cesse à redéfinir ? Le croisement des regards, la confrontation des compétences visent à appréhender ces actes d’échange et de transmission que constituent les «directions d’acteurs», et ce, non seulement à travers le discours, mais aussi les intonations vocales, les silences, les comportements, les attitudes, les gestes.

Jean-François Dusigne

REVUE DE PRESSE

" [...] A la fois, passionnant et presque fondateur, cet ouvrage met en lumière, à un moment donné, les enjeux de la pluralité des modes de fonctionnement des metteurs en scène et des gens qui les entourent.
L’ouvrage coordonné par Jean-François Dusigne est un incontournable pour les professionnels du spectacle, les apprentis comédiens, mais aussi pour les néophytes."

Bruno Deslot, ThéâtreActu, 10 Octobre 2015

People: Pr. Jean-François Dusigne

Photo by Rouge Vif –

Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique (CNSAD) - (ARTA)

ARTICLE

Ca

BOSCH, Wilfried, « Là où le théâtre fait science », in Philippe Tancelin (Dir.), Cahier de poétique, n°22, CICEP/ Université Paris 8, 2013. 

[...] « Je  ne peux séparer le plaisir esthétique de voir un papillon du plaisir scientifique de savoir ce qu’il est. »[1]  dit Nabokov. Entre voir et savoir, il y a un travail poétique, entre art et science une poétique de l’inséparable. Si Nabokov parlait de poésie dans la description taxonomique, c’était avec l’intention consciente de dissiper tout paradoxe conduisant la plupart des gens à considérer l’art et la science comme fondamentalement hétérogènes et opposés.

Cherchant ainsi à « expliciter le fondement commun à ces deux univers professionnels, et à illustrer les composantes inévitablement couplées de toute vision synthétique susceptible de mériter l’étiquette du plus ancien et plus prisé de nos rêves d’accomplissement : l’idéal biblique de « sagesse ». »[2]. Faire l’étude des similitudes intellectuelles intervenant entre l’art et la science devient dans notre recherche un moyen d’identifier certains universaux mis en lumière par ces deux disciplines ; à décrire selon le terme de Victor Hugo, ce « fait » dont Nature et Art sont les deux versants. [...] 

Wilfried Bosch-Alfonsi

[1] GOULD, S. J, Cette vision de la vie, Seuil, 2002, p. 65.

[2] Ibid., p. 66.

People: Pr. Philippe Tancelin

              Philosophe, Poète.

Int.

BOSCH, Wilfried, « FAIRE DE LA SCIENCE EN FAISANT DU THÉÂTRE : une approche de la modification comportementale en art dramatique », Université Paris VIII, 2017, p. 704. 

[...] « Premièrement intitulée "Là où le théâtre fait science", cette recherche en science de l’art à pour objet de questionner l’expérience esthétique du théâtre en matière de comportement humain et plus particulièrement de modification comportementale. Trois approches sont ici articulées.

La première s’inscrit dans le cadre d’une étude de terrain ayant pour objet de décrire les processus de modification comportementale d’après la pratique de trois metteurs en scène de renommée internationale. Nous analysons les moyens employés par ces directeurs pour diriger les acteurs afin d’en questionner les diverses fonctions dans le processus commun de création esthétique et de construction du personnage.

La seconde, propose principalement de voir en quoi l’émergence du Behaviorisme et la prise de distance avec une culture mentaliste allait, au début du XXe siècle, nourrir l’idée d’une fonction expérimentale du théâtre. Un théâtre qui, comme en témoigne les enjeux proposés par Brecht lorsqu’il nomme un théâtre de l’ère scientifique, sera évoqué comme scène de la recherche d’un changement du monde. 

Enfin, la troisième approche, appréhende la question de la science du théâtre au travers d’une analyse de la « La Mégère Apprivoisée » de William Shakespeare. Nous observerons cela au moyen de l’analyse dramaturgique et de l’analyse fonctionnelle des comportements de la dit Mégère et de son dresseur. [...] 

Wilfried Bosch-Alfonsi

Organismes

Contributeurs 2011-2017 :

Collaborateurs 2011-2017 : 

ARTCANE

Int.